Chercher le beau à Quito

Episode de l’hôpital…

Cela fait seulement quelques semaines que je voyage, je n’ai vu qu’un seul pays mais j’ai déjà rencontré beaucoup de gens, vu tellement de lieux que mon corps a surement cru que j’étais partie depuis plusieurs mois. En tous cas, en arrivant à Quito il a dit stop. Repos forcé ma petite. Après 2 jours clouée au lit, j’ai décidé qu’il était temps d’aller voir si ce n’était pas plus grave que de la fatigue. Déjà cette histoire d’entorse m’avait mis la puce à l’oreille mais là je me sentais vidée, j’avais du mal à respirer, de l’énergie pour rien et le moral suivait.

Direction l’hôpital de Quito pour vérifier qu’il n’y avait rien de grave auprès d’un médecin francophone. Pas de médecin francophone à l’hôpital le samedi. Plutôt 6h d’attente interminables entre 2 anti-inflammatoires, une radio des poumons et l’inquiétude de n’avoir pas bien compris les explications du médecin en espagnol sur mon état de santé. Finalement rien de grave : grippe + pharyngite + crise d’anémie modérée.

Bien que rassurée, ce manque de forme, en plus de m’avoir mise à plat, m’a surtout fait réfléchir à plein de choses. À ce stade, j’étais toute seule à Quito, avec pas assez de forces pour sortir de l’auberge plus de quelques heures et une sacrée envie de rentrer en France pour me reposer dans un lieu sûr et passer les fêtes de fin d’année avec ma famille. Et voilà, j’étais en plein dans le creux de la vague. Je voulais rentrer.

… puis du vieux Quito

Heureusement, ma copine Thaïs arrivait le soir-même à l’auberge où j’étais. Et le lendemain elle a réussi à me traîner pour aller visiter en long, en large et en travers le vieux Quito. C’est là que j’ai commencé à voir le beau à Quito… Les bâtiments au style colonial respirent ici quelque chose de fort, on ressent le poids des années et de l’histoire dès qu’on lève les yeux.

Que dire des musées incas et des églises aux architectures toutes plus impressionnantes les unes que les autres, dans lesquelles des milliers d’équatoriens viennent d’ailleurs aussi chercher le beau chaque jour. La vue imprenable sur la ville depuis le haut de la Basilica del Sagrado Voto Nacional avec un ciel qui faisait le spectacle a fini de m’émerveiller.

Quand Thaïs est partie vers la Colombie, Sam (rencontré lors du Quilotoa loop) est apparu à l’auberge comme par magie avant de prendre son vol pour rentrer. Les jours qui ont suivi n’ont pas été plus facile niveau forme. À Quito, les gens sont souvent de passage, difficile de trouver un groupe bien qu’il y ait plein de francophones super sympas à l’auberge et puis j’étais trop épuisée pour faire des efforts de sociabilisation.

J’étais partagée entre l’impression d’avoir vécu un mois et demi très riche (c’était déjà beaucoup, ça pouvait s’arrêter là) et le fait de savoir qu’il faut parfois forcer un peu en voyage pour voir un nouveau chapitre s’ouvrir. Ce voyage j’ai décidé de le faire sans fixer de date retour pour pouvoir rentrer quand je sentais que c’était le moment. A ce stade là, j’avais l’impression d’avoir fait beaucoup et la Colombie pourtant si proche géographiquement me faisait moins de l’œil qu’avant mon départ.

… et je pose mes valises.

En attendant de prendre une décision, je cherche le beau, donc. Je profite de chaque sortie dans la ville pour me laisser imprégner par la douceur de l’ambiance. Un rayon de soleil qui donne une jolie lumière aux collines verdoyantes, une musique sur le chemin qui me fait me sentir bien, un groupe d’écoliers qui rit, les monuments qui apparaissent à chaque coin de rue, un échange en espagnol avec des équatoriens dans un commerce, une jolie librairie dans laquelle je peux me perdre quelques minutes. Provoquer l’émerveillement et m’inspirer du décor. « Le beau est toujours bizarre »* disait Baudelaire. Ici, le beau est toujours beau.

Quelques jours plus tard, je suis un peu plus en forme mais j’ai envie de rester à Quito encore un moment pour être sûre d’avoir assez de forces avant de repartir vers d’autres contrées ou de choisir de rentrer me reposer (pour mieux repartir). J’ai commencé un volontariat dans une auberge de la ville. Je suis contente de poser mes valises et de pouvoir être dans un environnement où je continue à rencontrer du monde. Poser ses valises au coeur de la vieille ville la plus étendue d’Amérique latine qui est aussi inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco me paraît être une bonne idée pour aujourd’hui. On verra demain.

*Cette réflexion sur « le beau et l’émerveillement » est inspirée d’un des nombreux podcasts que j’écoute en voyage. Il s’agit de Remède à la mélancolie présentée par Eva Bester et dont l’invité du 12 novembre était Juliette Armanet (que j’adore pour sa musique par ailleurs). Vous pouvez l’écouter ici.

Publicités

3 commentaires sur « Chercher le beau à Quito »

  1. Merci Mathilde pour cette écriture en « je » où tu nous parles de toi, de tes ressentis. Tu nous fais voyager encore plus près de toi et de ce que tu vis à travers ce voyage. Et merci aussi pour le lien avec cette émission que j’adore Remèdes à la mélancolie. Profites du BEAU ! Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou Mathoune, tes récits sont passionnants, et je trouve super la simplicité avec laquelle tu nous parles de tes questionnements. Tu as vécu en 1 mois1/2 des expériences diverses, riches et le « beau » et encore plus « beau » quand on le vit en pleine forme. Ce « beau » voyage que tu t’es programmé peu importe que tu le fasses en 1 ou plusieurs fois.
    Le corps envoi des signaux, il faut savoir les interpréter….( « conseil de Tata Dilou »).
    Quoi que tu décides, bravo !
    Plein de bisous
    P.S.: j’ai fait découvrir Juliette Armanet à Mamie Monique pour son anniversaire, car moi aussi j’aime beaucoup sa musique

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s